par Denise

L'évaluation des poulains se fera différemment.

Le travail des jambes est une caractéristique importante. 
Jusqu'à présent, le jury pouvait l'évaluer uniquement par la cote de la constitution. Cela n’est pas suffisamment satisfaisant. De plus,
le souhait est de synchroniser l'évaluation des poulains avec celle des chevaux plus âgés, afin de rendre  la comparaison plus facile.

La cote pour le développement influence (trop) les primes. Il y a une grande corrélation à  l’admission entre la cote pour le développement et la hauteur au garrot  (au plus  la cote pour le développement est élevée, au plus grande est la hauteur au garrot). Ceci n'est pas une tendance qu'il faut favoriser, du fait que les chevaux deviennent trop grands à un âge trop jeune, avec toutes les conséquences que cela implique.

Le jury a donc décidé que la cote pour le développement sera
abandonnée, et  remplacée par un chiffre pour le travail des jambes.

L'évaluation des poulains devient donc: type  racial, constitution, jeu de jambes, pas et trot.
La caractéristique « développement »  fera désormais partie de la constitution. Pour le jeu de jambes, étant donné que les poulains sont encore en plein développement, on considérera un nombre limité de critères: aplomb correct de la jambe antérieure (pieds cagneux/panards), position de la jambe postérieure (droite/coudée) et qualité du jeu de jambes (faible/énergique)

Le pas des poulains est difficile à juger.  La corrélation entre le pas du poulain et le pas au moment de l'admission au stud-book est faible.
Le jury estime que le pas pourrait être mieux jugé si les poulains étaient présentés à la longe. L'expérience acquise pendant les championnats de poulains est positive. Après  l’ évaluation sur place, l' intention est que le présentateur mène tant la jument que le poulain pendant la
démonstration du pas.

En suite, le poulain pourra trotter librement.
Il est conseillé à l'éleveur d'exercer cela (c'est de toute façon un bon exercice pour un poulain).

Le nombre des poulains 2ème prime devient trop important, au détriment des 1ères et 3èmes primes.
Ceci est un point d'attention de  l’ensemble des juges.
Il faut donc répartir davantage:  autant vers le haut (1ère prime) que vers le bas (3ème prime).

 

Retour